___________________________France Surface International

Site pour l'Innovation, la Protection et la Transmission du Patrimoine Mondial... De l'art à l'architecture, de la construction à la réhabilitation,de l'environnement à la protection durable...

30 octobre 2009

AMERIQUE DU SUD/PANAMA :CANAL POST-PANAMAX 2007/2014

Visite du Canal de Panama en accéléré

 

Le Colossal Chantier d'élargissement du Canal de Panama

PANAMA (AFP) — Le chantier d'élargissement du Canal de Panama a été lancé en 2007: la construction de la troisième voie d'eau, un chantier de 5,25 milliards de dollars, a commencé lundi et permettra aux navires les plus larges (post-Panamax) d'emprunter le canal interocéanique à l'horizon 2014.

Moment hautement symbolique, l'inauguration en grande pompe, par le chef de l'Etat panaméen Martin Torrijos, de ces travaux pharaoniques se déroule en présence de l'ancien président des Etats-Unis, Jimmy Carter.

Avant l'envoi de milliers de ballons bleu, blanc et rouge (les couleurs du drapeau), le président panaméen a donné le coup d'envoi des travaux en déclenchant la première explosion de dynamite sur le chantier confié à la société panaméenne Constructora Urbana S.A. (CUSA), qui a remporté la première tranche du chantier.

L'événement coïncide avec les trente ans du traité qui a mis fin à la concession américaine sur le canal, signé le 7 septembre 1977 par M. Carter et le général Omar Torrijos, père de l'actuel président panaméen.

 

La gestion du canal de Panama, construit par les Américains entre 1904 et 1914 après une première tentative française, fut assurée par les Etats-Unis jusqu'au 31 décembre 1999, avant d'être confiée à l'Autorité du Canal de Panama (ACP), une entité indépendante.

Environ 5% du commerce mondial - soit quelque 14.000 bateaux par an - passe par le canal long de 80 km.

L'élargissement du canal était jugé nécessaire pour que la voie interocéanique ne soit pas obsolète à l'horizon 2012. Les nouvelles écluses permettront à des navires de franchir le canal en transportant 12.000 conteneurs, au lieu de 5.000 actuellement.

Le secrétaire général de l'Organisation des Etats américains (OEA), José Miguel Insulza, ainsi que les présidents du Salvador, Elias Saca, et du Nicaragua, Daniel Ortega, étaient également conviés à la cérémonie.

Toutefois, M. Ortega a dû rentrer précipitamment en raison de l'avancée dans les Caraïbes du cyclone Felix, un ouragan potentiellement dévastateur.

Pour le lancement du chantier du canal, les écoles et les administrations publiques ont été fermées au Panama, où les autorités ont appelé la population à participer aux événements organisés lundi.

Environ 50.000 personnes, selon les organisateurs et les médias locaux, ont assisté à la cérémonie culminant avec le discours enflammé du président panaméen.

"L'élargissement du canal est un moment historique, comme le fut sa construction et son transfert au Panama", a lancé M. Torrijos, affirmant que le traité prévoyant la cession américaine avait mis fin à une "injustice historique".

 

Fichier:Ship passing through Panama Canal 01.jpg
Les transporteurs de véhicules comme celui-ci dans l’écluse de Miraflores sont parmi les plus gros navires passant dans le canal.

Le canal constitue le moteur de l'économie de ce petit pays de trois millions d'habitants, dont 80% du PIB (environ 6 milliards de dollars) est lié à l'activité du canal.

Les travaux d'élargissement ont été approuvé par les Panaméens lors d'un référendum organisé en octobre 2006 (plus de 78% de oui).

Avant l'envoi de milliers de ballons bleu, blanc et rouge (les couleurs du drapeau), le président panaméen a donné le coup d'envoi des travaux en déclenchant la première explosion de dynamite sur le chantier confié à la société panaméenne Constructora Urbana S.A. (CUSA), qui a remporté la première tranche du chantier.

CUSA est la plus grande entreprise de construction du Panama et a réalisé la plupart des grands chantiers publics: aéroports, routes et infrastructures portuaires.

Le projet d'élargissement prévoit la construction d'une troisième voie de navigation pour permettre à des navires de 386 m de long, 49 m de large et 15 m de tirant d'eau (contre 294 m de long, 32 m de large et 12 m de tirant d'eau actuellement) de relier les ports du Pacifique à ceux de l'Atlantique.

Les autorités panaméennes avaient souligné que les chantiers navals construisaient de plus en plus de navires d'un gabarit supérieur à celui des écluses actuelles du canal, baptisés post-Panamax, et que le canal devait s'adapter à cette tendance du transport maritime international.

 
HISTORIQUE:

 

 

Fichier:Diagramme du canal de Panamá.png

 

 

Le canal de Panamá:

C'est un canal maritime, qui traverse l’isthme de Panamá en Amérique centrale, reliant l’océan Pacifique et l’océan Atlantique. Sa construction a été l'un des projets d’ingénierie les plus difficiles jamais entrepris. Son impact sur le commerce maritime a été considérable, puisque les navires n’ont plus eu besoin de faire route par le cap Horn et le passage de Drake, à la pointe australe de l’Amérique du Sud. Un navire allant de New York à San Francisco par le canal parcourt 9 500 kilomètres, moins de la moitié des 22 500 kilomètres du voyage par le cap Horn.

 

Fichier:Panama Canal under construction, 1907.jpg

Travaux de construction sur la coupe Gaillard en 1907.

Le concept d’un canal à Panamá remonte au début du XVIe siècle, mais la première tentative de construction ne commença qu'en 1880, sous l’impulsion française. Après l'échec de cette tentative, le travail fut terminé par les États-Unis d’Amérique sous la direction de G.W.Goethals, et le canal ouvrit en 1914. La construction des 77 kilomètres du canal a été parsemée de problèmes, des maladies comme le paludisme et la fièvre jaune aux glissements de terrain. On estime à 27 500 le nombre d’ouvriers qui périrent pendant la construction.

Depuis son ouverture, le canal a remporté un énorme succès et continue d’être un point de passage stratégique pour la navigation. Chaque année, le canal est emprunté par plus de 14 000 navires transportant plus de 203 millions de tonnes de cargaison. Jusqu'à 2002, un total de 800 000 navires étaient passés par le canal. Des travaux d'élargissement du canal ont été lancés en septembre 2007 et devraient être terminés en 2014, pour livrer passage à des navires de plus gros tonnage.

L'AVENIR:

Avec l’accroissement de la demande, le canal reste en position d’élément stratégique du commerce maritime mondial. Cependant, l’augmentation de la taille des navires montre la nécessité de changements à apporter au canal pour qu'il garde sa part de marché. On estime qu'en 2011, 37 % des porte-conteneurs seront trop gros pour le canal actuel. La capacité maximale actuelle, moyennant quelques améliorations mineures, est estimée entre 330 et 340 millions de tonnes par an ; cette capacité devrait être atteinte entre 2009 et 2012. Près de 50 % des navires transitant actuellement par le canal utilisent déjà la largeur maximale des écluses.

 

 

l5umuovk

Une drague à godets entretient le canal.

Un projet d’élargissement similaire à celui de 1939 qui pourrait permettre un plus grand trafic a été considéré. Le 4 avril 2006, la BBC rapporta qu'un projet d’élargissement a été approuvé par le gouvernement du Panamá, celui ci approuvé par référendum le 22 octobre 2006 à 78 % des suffrages.

Les travaux d'élargissement ont été officiellement lancés le 3 septembre 2007, lors d'une cérémonie à laquelle participaient l'ancien président américain Jimmy Carter ainsi que les chefs d'états du Salvador et du Nicaragua. La première tranche du chantier a été confiée à la société panaméenne Constructora Urbana S.A.

 

 

 

téléchargement (5)

 

La chambre inférieure de la partie orientale des écluses de Gatún, vue du pont d’un voilier prêt à entrer.

Projet d’un troisième ensemble d’écluses

La proposition actuelle concerne deux nouveaux jeux d’écluses : une à l’est des écluses de Gatún en place, l’autre au sud-ouest des écluses de Miraflores, chacune desservie par un canal d’approche. Chaque ensemble mènera directement du niveau de la mer au niveau du lac Gatún ; le fonctionnement actuel en deux étapes au niveau des écluses Miraflores / Pedro Miguel ne sera pas reproduit. Les nouvelles écluses comporteront des portes coulissantes, doublées par sécurité, et seront longues de 427 mètres, larges de 55 mètres, et profondes de 18,3 mètres, permettant le transit de navires larges de 49 m, d’une longueur de 386 mètres et d’un tirant d’eau de 15 m, correspondant à un porte-conteneurs de 12 000 EVP.

Les canaux d’approche seront longs de 6,2 km à Miraflores (contournant le lac Miraflores). Chaque canal sera large de 218 mètres, ne permettant le trafic que dans un sens pour les navires post-Panamax. Les autres canaux seront élargis jusqu'à 280 m sur les portions droites et 366 m sur les courbes. Le niveau maximum du lac Gatún sera élevé de 26,7 m à 27,1 m.

Chaque ensemble d’écluses sera accompagné de neuf bassins de réutilisation d’eau, trois par chambre. Chaque bassin fera environ 70 m de large, 430 m de long et 5,5 m de profondeur. Alimentés par gravité, ils permettront de réutiliser 60 % de l’eau utilisée pendant chaque transit. Les nouvelles écluses consommeront donc 7 % de moins d’eau que les actuelles. L’accroissement de profondeur du lac Gatún et la montée de son niveau maximum pourront aussi améliorer la capacité de stockage.

Le coût estimé du projet est de 5,25 milliards de dollars. Il permettra de porter la capacité maximale du canal à 510 millions de tonnes par an en 2025. Les tarifs seraient toujours calculés sur la base du tonnage et non des écluses utilisées. L’ouverture des nouvelles écluses est prévue en 2015. Les anciennes écluses, qui auront alors 100 ans, seront davantage disponibles pour la rénovation

Posté par FRANCESURFACE à 03:43 - AMERIQUE DU SUD - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :