___________________________France Surface International

Site pour l'Innovation, la Protection et la Transmission du Patrimoine Mondial... De l'art à l'architecture, de la construction à la réhabilitation,de l'environnement à la protection durable...

31 mars 2010

PORTRAITS: KAZUYO SEJIMA & RYUE NISHIZAWA, PRITZKER2010...

Site officiel: http://sanaa.co.jp/

IMPRÉVISIBILITÉ, LÉGÈRETÉ

Les deux architectes connaissent déjà un début de célébrité en France où ils ont été appelés à construire le futur Louvre de Lens, qui devrait ouvrir en 2012.

Dès la fin de l'été, le public pourra faire plus ample connaissance avec Kazuyo Sejima, qui a été appelée à diriger la Biennale d'architecture de Venise.

"Les constructions de Sejima et Nishizawa donnent l'illusion d'être simples", souligne le communiqué du jury. C'est dire qu'il faut les approcher de près pour en mesurer la complexité et l'intelligence. Mais pas toujours : elles peuvent prendre des formes d'emblée insaisissable comme le musée du 21ème siècle (1995) à Kanazawa, à l'ouest de Kyoto, sur la mer du Japon, forteresse ronde, transparente, d'où émergent des masses de béton.

Même mystère dans le tout nouveau Rolex Learning Center à Lausanne , qui, sur un plan carré, offre une forme transparente ondulante et a priori peu lisible.

Dans un tout autre vocabulaire, ils ont dessiné le Nouveau musée d'art contemporain à New York (2007) fait d'une succession verticale de strates blanches ou translucides, décalées, projet auquel répond, à l'horizontale, le futur Louvre Lens.

L'expression de Sanaa apparaît d'une essence tout autre dans ce qui devait devenir une école de design (2006) sur le carreau de mine de Zollverein Essen (Allemagne), un grand cube aux ouvertures aléatoires, aux espaces, rigoureux et poétiques, comme toujours lumineux, mais dont la fonction reste finalement encore indéfinie.

En France, seuls Christian de Portzamparc (1994) et Jean Nouvel (2008) ont obtenu le Pritzker. Au Japon, trois Japonais ont déjà été primés : Kenzo Tange, Fumihiko Maki et Tadao Ando.

Frederic Edelmann

PORTRAITS:

Kazuyo Sejima (和世 妹島)

Architecte japonaise née à Ibaraki en 1956. Diplômée en architecture en 1981 la même année elle rejoint l’agence « Toyo Ito Architect & Associates ». Elle fonde en 1987 son propre cabinet, le cabinet Kazuyo Sejima & Associates. Elle reçoit en 1989 l’un de ses premiers prix (le prix Yosioka de la Tokyo Architect Association). En 1992, elle reçoit de l’institut d’architecture du Japon le prix du « jeune architecte de l’année », en 1994 elle est honorée du « Commercial Space Design Award 1994 ». Son travail porte beaucoup sur la lumière et l’espace.

L’architecture fonctionnelle de Kazuyo Sejima s’exerce aussi dans la conception de lieux d’habitation, tel que immeuble d’habitation (Motosu en 1998), maisons individuelles (Tokyo en 1999)…

En 1994, le succès du 21st Century Museum of Contemporary Art à Kanazawa, salué notamment pour ses qualités d’accessibilité et l’intégration originale du bâtiment au parc, lui apporte la reconnaissance internationale.

En 1995 elle fonde avec Ryue Nishizawa, l'agence d'architecture SANAA.

 

Ryue Nishizawa ( 立衛 西沢 )

Ryue Nishizawa est né en 1966 dans la préfecture de Kanagawa.
Il est diplômé en 1990 de l'Université nationale d'architecture de
Yokohama.
Il cofonde en 1995 l'agence d'architecture SANAA.
Sa première réalisation en tant qu’architecte indépendant intervient en 1998 ; il s’agit d’une résidence de vacances (Weekendhouse) située sur un lotissement isolé dans la station estivale de Karuizawa.
Ryue Nishizawa a également conçu la Moriyama House (2005), un projet complexe, non seulement du fait de son implantation, au coeur de la capitale, sur un terrain bordé d’immeubles d’appartements, mais aussi par un cahier des charges imposant la cohabitation de plusieurs familles.
Sa méthode, également mise à l’épreuve dans ce projet, se veut minutieuse et logique, comme en témoigne le traitement spécifique des ouvertures ou l’attribution d’une hiérarchie aux espaces extérieurs.

Au sein de SANAA, Ryue Nishizawa se consacre quasi exclusivement aux concours internationaux ainsi qu’à la réalisation d’édifices publics, comme le récent 21st Century Museum of Contemporary Art Kanazawa.

Il enseigne aujourd’hui comme Professeur adjoint à l’Université Nationale de Yokohama.

Le cabinet SANAA participe, comme de nombreux autres architectes, au mouvement contemporain du Design japonais

L'agence SANAA porte une attention particulière aux espaces incitant la communication entre les utilisateurs.
Elle développe une architecture très pure, ascétique, en accordant un grand soin du détail et qui se veut être une réinterprétation japonaise de la modernité.

L'Architecture Japonaise du XXIe siècle:

Lausanne : le nouveau campus de Polytechnique

L'architecture contemporaine japonaise est très vivante.
Elle sait allier tradition et modernité. Tous les matériaux sont présents, bois, bambou mais aussi béton acier verre. La technique est très présente mais en général, elle sait se faire discréte.
Le respect des éléments fondamentaux, l'air, la lumière, l'eau reste présent.
Même quand l'espace manque et qu'il faut s'élever très haut dans le ciel, cette montée tente de ne pas être trop brutale.

Comme souvent dans la culture et la société japonaise, l'arrivée des technologies modernes apporta une nouvelle impulsion à l'architecture de l'archipel. La nécessité de reconstruire le Japon après la Seconde Guerre mondiale donna une forte impulsion à l'architecture japonaise, plaçant ainsi les constructions contemporaines japonaises parmi les plus impressionantes en terme de technologie et de conception formelle.

Eloge du minimalisme japonais:

Avec l'arrivée des techniques de construction occidentales, des nouveaux matériaux, et l'introduction du modèle Meiji au Japon, de nouvelles structures en béton et en acier furent établies contrastant fortement avec les modèles architecturaux traditionnels.

 

Article par Mariko Terada & Akira Suzuki, 7 novembre 2006:

L’architecture au Japon a connu plusieurs périodes ; durant l’ère Meiji, l’architecture occidentale est importée ; suivra un regain nationaliste. Entre la fin de la seconde guerre mondiale et les années 1980, les bâtiments publics témoignent d’une vision monumentale de la vie moderne.

À partir des années 1990 et après la "bulle" économique, la plupart des jeunes architectes ne conçoivent plus la maison comme une réplique miniature de la nation, mais cherchent à s’inscrire dans la ville en prenant en compte le tissu hétérogène et mouvant de l’espace urbain japonais .

Ainsi l’Atelier Bow-Wow réalise un inventaire de maisons "sans qualité" à Tokyo, allant jusqu’à s’imbriquer dans le réseau des infrastructures (métro, autoroutes, etc.) ; ils étudient de quelle manière l’espace urbain est domestiqué par les services (machines à boissons , etc.), conférant à la rue une échelle humaine. D’autres architectes , tels que Kazuyo Sejima et Ryue Nishiz awa, recourent aux notions de “légèreté” ou d'"abri ” ; leur architecture se donne comme une “peau” transparente, à l’opposé des constructions en béton de Tadao Ando.

Tout au long du XXe siècle, le Japon aura fait naître les plus grands architectes : de Kazuo Shinohara à Kisho Kurokawa, architecte du “métabolisme” dans les années 1960, de Kenzo Tange à Fumihiko Maki, de Hiroshi Hara à Arata Isozaki, de Tadao Ando, à Toyo Ito. De même, nombreux furent les grands architectes occidentaux du XXe siècle, parmi lesquels Le Corbusier, fascinés par l’architecture japonaise.

Sorte de microcosme des courants multiples qui traversent l’architecture mondiale, le Japon se démarque par sa capacité à mettre l’accent autant sur le registre esthétique que sur celui de l’ingénierie en faisant preuve d’une maîtrise exceptionnelle des matériaux et des solutions technologiques les plus poussées mais également en préservant une philosophie propre de l’espace.

Le Japon joua un rôle moteur dans la conception des gratte-ciel modernes, du fait de sa connaissance parfaite du principe du porte-à-faux qui permet de soutenir de lourdes charges comme les toits lourds des temples. Frank Lloyd Wright fut fortement influencé par les arrangements spatiaux de l'architecture japonaise et sa façon d'interpénétrer les espaces intérieur et extérieur en créant des ouvertures dans les murs à l'aide de portes coulissantes.

Le réaménagement de l'espace urbain rendu nécessaire suite à la dévastation laissée à la fin de la Seconde Guerre mondiale produisit des architectes majeurs tels que Kunio Maekawa et Kenzo Tange. Kunio Maekawa, en tant que disciple de l'architecte mondialement connu, Le Corbusier, engendra des constructions fonctionelles et modernes dans un style totalement international. Kenzo Tange, qui travailla d'abord pour Kunio Maekawa, employa le principe du porte-à-faux dans un système de piliers et de poutres hérités des anciens palais impériaux.

Un rendu pour un bâtiment Conçu par l'architecte japonais Fumihiko Maki qui remplacera la Cooper Union Building Engineering (Astor Place New York)

Fumihiko Maki avança de nouvelles idées d'urbanisation avec ses idées basées sur le principe du « cocooning » autour d'un espace intérieur (oku), un concept spatial japonais adapté aux besoins urbains. Il préconisa également l'usage d'espaces ouverts (ma), se reflétant ainsi à l'esthétique japonais hérité des idées bouddhistes.

Plusieurs groupes expérimentaux d'avant-garde, durant les années 80, réexaminèrent les formes géométriques du modernisme en introduisant des concepts métaphysiques, produisant quelques effets surprenants. Par contraste avec les innovations de ces avant-gardistes et leur modernisme à la structure rigide, le minimalisme poétique et expérimental de Tadao Ando incarna le postmodernisme: une approche plus équilibrée et humaniste de l'architecture.

Les architectes japonais furent reconnus comme n'étant pas seulement d'habiles praticiens du modernisme mais aussi comme des enrichisseurs du postmodernisme avec des innovations dans la perception de l'espace, une sensibilité à l'environnement extérieur, une utilisation peu commune des matériaux industriels, et une conscience développée des problèmes écologiques et topographiques

 

Les principales réalisations de Sanaa Architecture:

L'agence SANAA est emblématique de cette nouvelle architecture japonaise.

New Museum of Contemporary Art
Le nouvel établissement
Manhattan

O Museum Iiga, Nagano

 

images (69)Le musée d'Art Contemporain de Kanazawa

 

La construction du musée d'art contemporain de Kanazawa, appelé Musée du 21ème siècle a été décidée en 1999. Le concours de conception a été remporté par SANAA en 2000.La réalisation a été achevée en 2004. Le plan, rigoureux est formé de parallélépipèdes inscrits dans un vaste cercle de parois vitrées.

 

téléchargement (31)Valence (Espagne) Extension du Musée d'art Moderne (IVAM)

Projet débuté en 2002, achevé en 2005

 

Christian_Dior_Omotesando_Building,_Tokyo

La boutique Christian Dior de Tohyo

Le Cabinet SANAA a réalisé deux magasins Dior à Tokyo , situés dans les deux centres prestigieux, Ginza et Omotesando.
La construction s'est étalée de 2001 à 2003.

Ces deux magasins se distinguent par la légèreté de leur décoration, la semi-transparence de verre et d'aluminium de leur structure extérieure.

Les autres réalisations :

SANAA Maison Moriyama-Pendant

SANAA Maison Moriyama-Après

  • 1997 : le studio multimédia d'Oogaki (Gifu)
  • 1998 : l'immeuble de logements Motosu Kitagata (Gifu) , qui a fait connaître SANAA en Europe,
  • 2000 : New Museum of Contemporary Art de New York (États-Unis).
  • 2001 : Day care center, Kanagawa, japon
  • 2003 : Prada beauty, Hong Kong, Chine
  • 2003-2005: Civic center Onishi, préfecture de Gumma
  • 2003 : Zollverein school, Essen, Allemagne

 

Fichier:Zollverein School of Management and Design 3116754.jpg
École de Design de Zollverein, Essen, Allemagne

PROJET FRANCE 2010/2012:

Le Louvre-Lens image de synthèse

Le Louvre-Lens est une antenne du musée du Louvre qui sera située à Lens. Son ouverture est prévue pour 2009.
Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa ont été désignés le 26 septembre 2005 par la commission permanente du conseil régional Nord-Pas-de-Calais, maître d'ouvrage du bâtiment, pour construire le Louvre-Lens.Ultramoderne,construit avec des matériaux innovants,agencé autour d'un grand hall central,cet espace exposera en permanence 360 oeuvres provenant du Louvre "Parisien".
Ce musée se déploiera sur 20 000 m², dont 5 500 m² seront destinés à la présentation des œuvres d'art. 3 800 m² seront consacrés à des dépôts de pièces majeures venant du musée parisien .Les expositions temporaires bénéficieront de 1 700 m².

Intérieur- image de synthèse

L'accueil, les activités pédagogiques, un auditorium, une médiathèque, des réserves (visibles et visitables), des laboratoires ­ et des bureaux ­se partageront le reste de ce musée du XXIe siècle.

Site officiel:http://sanaa.co.jp/

 

 

 

téléchargement (30)Pritzker 2010:

Le prix Pritzker 2010, considéré comme le Nobel de l'architecture, a été attribué le dimanche 28 mars 2010, à Los Angeles, aux Japonais Kazuyo Sejima (54 ans) et Ryue Nishizawa (44 ans), fondateurs de l'agence japonaise SANAA.

Kazuyo Sejima est née en 1956 dans la préfecture d'Ibaraki.
Diplômée en 1981, elle intègre la même l'année l'agence de l'architecte japonais Toyo Ito – un Japonais (68 ans) hyper doué qui, curieusement, a toujours été oublié du Pritzker – avec lequel elle travaillera jusqu'en 1987, date à laquelle elle fonde son agence: Kazuyo Sejima & Associates.
Sa carrière d’architecte a débuté avec les maisons Platform I, II (1988, 1990), c’est en 1991 que son architecture, graphique et épurée, s’impose durablement avec le projet de grande ampleur Saishunkan Seiyaku Women’s Dormitory.

Elle a porté seule son agence de 1987 à 1995, moment où, avec Ryue Nishizawa, elle a fondé l'agence Sanaa. Ils ont alors partagé leur travail selon les vœux de leurs commanditaires : soit séparément (au Japon sans que cela soit systématique), soit ensemble lorsqu'il s'agit de commandes ou de concours internationaux.

L'agence Sanaa a commencé avec des projets, notamment des magasins à Tokyo (Magasin Christian Dior Building dans le quartier d'Omotesando) où souffle l'esprit du maître Tokyo Ito : l'imprévisible, la légèreté.

Malgré leur relative jeunesse (le Pritzker récompense l'ensemble d'une œuvre), et malgré un nombre encore restreint de réalisations, le choix du jury semble rencontrer une approbation assez générale.

http://www.archidose.org/Blog/pritzker2011-1.jpg

Pritzker 2011: Eduardo Souto de Moura

Site officiel :http://www.pritzkerprize.com/

 

Posté par FRANCESURFACE à 14:03 - PORTRAITS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :