___________________________France Surface International

Site pour l'Innovation, la Protection et la Transmission du Patrimoine Mondial... De l'art à l'architecture, de la construction à la réhabilitation,de l'environnement à la protection durable...

14 avril 2010

PARIS/FRANCE: L'IMMOBILIER REMONTE VERS LE HAUT...

 

 

.

 

 

 

Photo & Vidéo: Percée Haussmanienn

BILAN DU SALON DE L'IMMOBILIER 2010

 

Les professionnels du secteur reviennent sur "l'atterrissage en douceur" de la crise des ventes dans l'immobilier depuis 2009 et tablent sur une remontée stable des transactions d'ici à fin 2010.

 


 

 

 

 

 

PODCAST:Le salon national de l'immobilier - Chroniques – Retrouvez toutes les chroniques de France Info - Fr
www.france-info.com (cliquez ci-dessus pour écouter la chronique de France Info)

 


 

 

 

 

 

 

 

 

PREAMBULE:

par Anne-Hélène Pommier du Figaro

La Fnaim annonce une stabilisation des prix sur fond de pénurie de l'offre face à la demande...

Une semaine après le réseau Century 21, la Fnaim publie ce mardi ses chiffres pour le premier trimestre 2010. Mais alors que le premier faisait état d'une légère hausse des prix de l'ordre de 1,09%, la seconde annonce des prix en légère baisse de 1,4% (-2,7 pour les appartements et -0,1% pour les maisons) par rapport au quatrième trimestre 2009.

Ces statistiques contradictoires apportent de l'eau au moulin du gouvernement préoccupé depuis quelques mois par ces chiffres peu lisibles. Le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, réaffirmait la semaine dernière à l'occasion de l'inauguration du salon de l'immobilier son intention de mettre de l'ordre dans le foisonnement de statistiques qui fausse l'image du marché, sur la base du rapport remis par le Centre national de l'information statistique.

 

 

 

 

Vidéo:Interview de Monsieur René Pallincourt, Président de la FNAIM 

 

 

Perspective 2010...

En attendant, la Fnaim estime que toutes les conditions sont réunies pour la reprise. Toutes sauf la confiance des ménages. «Depuis le premier trimestre 2008, la solvabilité des ménages s'est accrue de 7,4% pour retrouver son niveau des années 2000-2001, explique René Pallincourt, mais la conjoncture économique et la crainte d'un licenciement empêchent les ménages de passer à l'acte. Si la situation s'améliore en matière d'emploi, tout repart». En 2009, 575.000 transactions ont été ralisées dans l'ancien, loin des 800.000 du début des années 2000.

D'où l'attention toute particulière accordée par la fédération à la future réforme des aides à l'accession engagée par le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu. Si la Fnaim ne s'opposera pas à la disparition de la déductibilité des intérêts d'emprunt prévue par la loi TEPA, jugée sans effet sur les acquéreurs potentiels, elle restera vigilante sur le prêt à taux zéro considéré comme un véritable coup de pouce à l'accession.

Lire le dossier "Emprunts immobiliers " en fin d'article.

 

Vidéo:Conférence de presse de Monsieur Benoist Apparu, Secrétaire d'Etat au Logement

 

Pression sur les prix...

 

En l'occurrence, selon la Fnaim, la différence entre les prix publiés par les deux réseaux s'explique en partie par la concentration des agences Century 21 en zone urbaine, où les biens sont plus rares et de fait les prix plus élevés.«Nos agences notent aussi cette pression des prix à la hausse mais nous tablons encore sur une légère baisse que nous croyons encore possible», précise René Pallincourt, président de la Fédération qui admet cependant que « le printemps sera déterminant» et que le deuxième semestre pourrait se clore sur un retour à la hausse des prix. Car sur 12 mois par rapport au premier trimestre 2009- le prix du mètre carré dans l'ancien a augmenté de près de 2%.

Cette progression ne propulse heureusement pas les prix vers les sommets atteints en 2007, mais elle est le signe que la baisse marque le pas et que le marché se stabilise. «Un atterrissage en douceur», pronostique la Fnaim. La fédération maintient son estimation d'une variation de plus ou moins 3% dans l'année 2010, contenue par les taux d'intérêts qui sont aujourd'hui à leur plus bas historique et ne manqueront pas de remonter.

 

 

 

 

Vidéo:Interview de Monsieur Gilles Ricour de Bourgies,Président FNAIM Paris,Ile de France

 

A lire également: » Immobilier : l'exception parisienne

Article depuis: http://www.lefigaro.fr/immobilier

 


 

 

APP

Immobilier : 2010, fini la baisse !

Par Olivier Levard,pour TFI NEWS

Les notaires prévoient une remontée des prix des logements anciens cette année à Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Toulouse ou Nice.

En 2009, la crise a tiré les prix de la pierre vers le bas mais les notaires annoncent la fin de la déprime du secteur cette année. Le Conseil supérieur du notariat s'attend à une remontée des prix des logements anciens cette année à Paris et en Ile-de-France, comme dans certaines villes de province telles que Bordeaux, Lille, Lyon, Toulouse ou Nice.

En revanche, un certain nombre de villes et de régions affectées par la crise économique et, de plus longue date, par la décroissance de leur population, devront attendre 2011 pour voir leur marché
immobilier se stabiliser, ajoutent les notaires de France et de Paris dans un document publié mercredi.     "Pour l'ancien, le marché immobilier de Paris intra-muros se stabilisera en 2010 sur l'ensemble de ses arrondissements avec un retour de la hausse des prix, en particulier dans les quartiers les plus recherchés. Il produira un effet d'entrain sur l'immobilier de toute l'Ile-de-France", précisent-ils.

 

aaa

Bilan 2009 : baisse quasi générale...

La Fédération nationales des agents immobiliers (FNAIM) a de même estimé mardi que 2010 pourrait se solder par une légère hausse des prix au vu de la stabilisation constatée au premier trimestre. En 2009, selon les notaires de France, le prix de vente médian d'un appartement ancien à Paris a baissé de 5% par mètre carré et de 5,8% par m2 en Ile-de-France. Le prix de vente médian des maisons anciennes en Ile-de-France a baissé quant à lui de 9,7% l'an dernier.

Dans le neuf, le prix des maisons a reculé de 10% sur l'année alors que celui des appartements a augmenté de 1% par mètre carré. Selon les calculs des notaires, pour 150.000 euros, un acquéreur a accès à un studio à Paris, un trois pièces à Nice, Toulouse ou Strasbourg et un deux pièces à Maisons-Alfort (Val-de-Marne).

Avec 770.000 euros, il peut acheter un quatre pièces dans le VIIIe arrondissement de Paris, un six pièces à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et, sur la Côte d'Azur, un quatre pièces à Cannes ou un trois pièces à Menton. En ce qui concerne l'activité, les notaires de France et de Paris tablent, comme la FNAIM, sur plus de 600.000 ventes de logements anciens en 2010 et sur un marché du neuf dopé par les mesures gouvernementales d'incitation et la faiblesse des taux d'intérêt.Emprunts immobiliers : un "cadeau" fiscal en sursis
 

 

 

Vidéo:Mise au point de Monsieur Benoist Apparu, Secrétaire d'Etat au Logement

Emprunts immobiliers : un "cadeau" fiscal en sursis...

Des voix s'élèvent à droite pour demander la fin de la défiscalisation des intérêts d'emprunt. Ce volet de la loi TEPA est emblématique de l'ère Sarkozy mais très coûteux...

 

Nicolas Sarkozy laissera-t-il toucher à une loi fondatrice de son quinquennat ? Un des volets de la loi TEPA  (travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat),  la défiscalisation des intérêts d'emprunt, subit en tout cas cette semaine de sérieux assauts. Gérard Longuet, chef de file des sénateurs UMP, interrogé sur le sujet mardi sur RTL, a estimé qu'il n'était "pas inutile de se poser la question des priorités", alors qu'il y a des "déficits spectaculaires". "Si les taux d'intérêt sont bas, partageons le fardeau entre le contribuable et les accédants à la propriété", a-t-il ajouté. Pour lui, "l'ordre du jour prioritaire, c'est la croissance et les dettes : faire en sorte de retrouver un peu plus de croissance, sans doute une des conditions pour diminuer un peu la dette".

C'est donc bien la dette qui pourrait avoir raison de cette mesure qui a connu un grand succès suite à la loi d'août 2007 chère à Nicolas Sarkozy. Selon Gilles Carrez, rapporteur UMP de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, le dispositif a un coût exponentiel pour les finances publiques (280 millions d'euros en 2008, un milliard en 2009, 1,5 milliard en 2010 et près de trois milliards en 2013). "Dans les circonstances actuelles, ce n'est pas très raisonnable", a-t-il affirmé. "Il y a vraiment urgence. Je préfère une réforme ciblée sur ce sujet. Si vous la noyez dans une réforme générale, il y a un risque que ce soit repoussé aux calendes grecques", a ajouté le député UMP, en désaccord sur ce point avec le gouvernement.

Une aide plus juste...

Le même jour, Benoist Apparu, secrétaire d'Etat au Logement, s'était en effet prononcé pour une réforme globale. Faisant le constat que "la France, avec 58% de propriétaires, est en retard sur ses voisins européens", il a annoncé pour l'automne une ambitieuse réforme de l'ensemble des aides pour accéder à la propriété afin d'atteindre l'objectif de permettre à deux tiers des Français de devenir propriétaires de leur résidence principale. Pour lui, "cette réforme ne doit pas se contenter de simples ajustements cosmétiques de dispositifs existants mais mettre tout à plat pour proposer un outil puissant, simple et efficace" dès le projet de budget 2011. Actuellement cinq outils existent: PEL (prêts épargne logement), APL (aides personnelles au logement), PTZ (prêts à taux zéro), Pass-Foncier et les crédits d'impôts sur les intérêts d'emprunts immobiliers.

 

Immobilier : c'est le moment d'acheter

 

 

Après deux ans de récession, la crise semble terminée dans l'immobilier. Mais pas les bonnes affaires. En 2009, 550.000 Français ont profité des taux d'intérêts en baisse pour devenir propriétaires. © TF1/LCI

Vers une prime à l'achat pour équilibrer le marché ...

Une des "pistes de travail" envisagée par les pouvoirs publics, mais ce n'est pas la seule, serait le versement d'une aide de l'Etat au moment de l'acquisition et non plus à partir de l'année suivante comme dans le cas des crédits d'impôt sur les intérêts d'emprunts. "Cela a l'immense avantage de pouvoir être pris en compte par les banques tout de suite, dès le plan de financement", a salué Gilles Carrez. Une telle aide pourrait ainsi "compter en apport personnel", un plus car l'accès aux emprunts complémentaires est souvent "rendu difficile parce que l'apport personnel est trop faible", a-t-il précisé. Au lieu d'être en pourcentage des intérêts, cette aide serait forfaitaire, donc mécaniquement plus importante pour les ménages modestes.

Article depuis: http://lci.tf1.fr/economie/conjoncture/2010-04/immobilier-fini-la-baisse-5810130.html


 

 

Vidéo: Mise au point de Monsieur Gilles Ricour de Bourgies, Président FNAIM Paris,Ile de France

 

Immobilier et développement durable:

 

Les promoteurs immobiliers écologiquement corrects...

 

Par Jean-Yves Guerin pour le Figaro

Toutes les majors adoptent avant l'heure la norme BBC (bâtiment à basse consommation).

BBC. Depuis quelques mois, les promoteurs immobiliers n'ont plus que ce mot à la bouche: BBC, pour bâtiment à basse consommation. Derrière cette expression se cache une nouvelle réglementation, qui entrera en application en janvier 2013.

Concrètement, tous les logements devront consommer 50 kW/h par mètre carré et par an au maximum. C'est trois fois moins que la réglementation actuelle. Il ne s'agit là que d'une moyenne nationale. «La norme BBC sera adaptée suivant les régions. À Marseille, où il fait beau, ce sera 40kW/h; à Paris, moins ensoleillée, on pourra monter à 65kW/h», détaille Benoît Arviset, responsable du développement chez Quatrinvest, un spécialiste des investissements locatifs patrimoniaux.

Bouygues, Nexity, Kaufman & Broad mais aussi les Nouveaux Constructeurs, Bouwfonds Marignan… Tous les gros promoteurs ou presque ont décidé de devancer l'appel. Dès le 1er janvier pour certains et le 1er juillet pour les autres, l'ensemble de leurs programmes a la certification BBC.

 

Avantage fiscal

 

Si les majors se lancent dans une telle démarche, c'est qu'elles ont beaucoup à y gagner: en 2011, seuls les logements labellisés BBC permettront aux acheteurs-investisseurs de bénéficier à plein du dispositif Scellier (25% de réduction d'impôt du prix du bien). Sans cette certification, l'avantage fiscal sera limité à 15%. «C'est un énorme enjeu pour les promoteurs car près de deux tiers des ventes en France sont faites avec des investisseurs», souligne Michel Mouillart, professeur à l'université Paris-X .

Du coup, les promoteurs rivalisent d'ingéniosité pour respecter cette norme. «Installer une chaudière à gaz à condensation est une bonne façon de faire des économies d'énergie», souligne Bruno Corinti, président de Nexity Logement. «Cela passe aussi par l'optimisation de l'isolation du batiment», continue Philippe Jossé, directeur général du logement France chez Bouygues Immobilier. «Parier sur des panneaux solaires pour chauffer l'eau peut être une solution dans certaines régions », estime Marc Pigeon, président de la FPC (Fédération des promoteurs constructeurs).

En tout cas, quelles que soient les technologies mises en œuvre, les professionnels sont d'accord sur un point: le passage au BBC entraîne une augmentation des coûts de construction de 8 à 12%. Soit une hausse du coût de revient global du logement de 4 à 6%.

Face à cette problématique, deux choix sont possibles. Bouy­gues et les Nouveaux Constructeurs affirment en chœur: «Nous n'augmenterons pas nos prix.» Les autres comptent répercuter dans leurs tarifs cette flambée des coûts. «À cause de l'adoption du BBC, nous augmenterons nos prix de 3 à 5% l'année prochaine », affirme Guy Nafilyan, PDG de Kaufman & Broad. Les clients se tourneront-ils massivement vers les promoteurs qui font l'effort de ne pas toucher à leurs prix?

 

Vidéo:Paris en 3D

Posté par FRANCESURFACE à 20:04 - FRANCE - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :