___________________________France Surface International

Site pour l'Innovation, la Protection et la Transmission du Patrimoine Mondial... De l'art à l'architecture, de la construction à la réhabilitation,de l'environnement à la protection durable...

07 mars 2016

TCHERNOBYL/UKRAINE: NOUVELLE ARCHE DE CONFINEMENT...

Tchernobyl_sarcophage9_mars2014

 

Tchernobyl, un chantier à haut risque...

A Tchernobyl, sans rappeler les faits et les effets de cette catastrophe, l’unité 4 du réacteur de la centrale a été recouvert d’un sarcophage construit dans l’urgence au moment de la catastrophe en 1986, en béton et acier.

C'est le consortium français Novarka, composé à 50/50 de VINCI Construction Grands Projets (leader) et Bouygues Travaux Publics, qui avait remporté le marché en 2007 pour la conception-construction du « New safe confinement » nouveau sarcophage de Tchernobyl.

Un contrat, dont le coup des travaux devait porté initialement sur environ 432 millions d’euros et qui a plus que triplé aujourd'hui. Selon Volodymyr Kholocha, le directeur de la zone d'exclusion autour de la centrale de Tchernobyl, "le programme complet des travaux est actuellement évalué à 1 milliard 540 millions d'euros, dont 990 millions d'euros pour le seul sarcophage". Pour combler le trou, la communauté internationale a débloqué 550 millions d’euros supplémentaire, à la conférence des donateurs organisée à Kiev, coprésidée par François Fillon au titre de la présidence française du G8. Les travaux initiés pour le compte de la société ukrainienne d’État ChNPP, sont donc financés par un fonds international géré par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). 

Ces travaux comprennent la conception et la construction d’une enceinte de confinement d’une structure métallique, d’un poids de 20 000 tonnes, d’une hauteur de 105 m, d’une longueur de 150 m et d’une portée 257 m, ce parapluie recouvrira l’unité 4 du réacteur central.

 


 

Cette enceinte de confinement est destinée à recouvrir le sarcophage en béton existant, bâti en toute urgence pour confiner le réacteur n°4.

Le consortium VINCI/BOUYGUES a conçu ce parapluie permettant d’assurer le démantèlement de l’ancien sarcophage et des décombres du réacteur accidenté. Cette armature métallique sera installée à l’ouest du site, située dans un secteur basé à l’abri des radiations et d’éviter que le personnel ne soit soumis à une radioactivité importante. Cette  base sera équipée de dispositifs principaux aux interventions de démantèlement.

Dès l’aboutissement du montage et dès l’équipement intégré, l’ensemble sera glissé vers l’est sur deux méga-­longrines en béton armé fondées sur pieux, la poussée sera effectuée par des vérins hydrauliques pour venir coiffer le sarcophage existant.


 

Actuellement, les ouvriers de Vinci Construction Grands Projets et de Bouygues Travaux Publics œuvrent à Tchernobyl. L’opération actuelle est le battage des premiers pieux métalliques qui serviront de support pour la future plateforme ou seront disposés les rails permettant le transport du sarcophage vers le réacteur 4. L’arc métallique étanche, afin d’éviter d’éventuelles fuites radioactives, sera ensuite guidé sur la plateforme.Ces travaux étaient programmés au premier semestre 2010, l’investigations sur des études complémentaires ont du être développées. La date d'achèvement, fixée à 2012, sera donc repoussée à 2015.

 

 

 

Ces opérations mobilisent pas moins de 900 personnes sur le chantier en effectifs de pointe lors des travaux. Ils sont équipés de tenues spécialement conçues pour ce type d’opération notamment d’assurer leur protection des voies respiratoires. En parallèle, ils sont suivis médicalement et subissent des tests au dosimètre, instrument de mesure destiné à mesurer la dose de radioactivité où l’équivalent de dose reçus par une personne exposée à un rayonnement ionisant. Outre ces caractéristiques de protections individuelles, des dispositifs de contrôles et de vigilances de la zone, notamment de la radioactivité et de la contamination sont en permanence contrôlée.

 

En bref:

 

Les principales caractéristiques du projet sont :
-    ossature métallique de 18 000 tonnes en forme d’arche(près de 3 fois le poids de la Tour Eiffel),
-    105 m de haut,
-    150 m de long,
-    257 m de portée,
-    Fondations définitives : 20 000 m3

fondé sur 2 longrines en béton, l’arche sera assemblée à l’ouest du réacteur accidenté (unité 4) et glissée au-dessus du sarcophage existant.

Durée de vie garantie de l’enceinte de confinement : 100 ans

Personnel d’encadrement : 300 personnes en encadrement dont une cinquantaine d'expatriés
Ouvriers : 1 000 en période de pointe.

La conception et les méthodes de construction sont régies par le principe « ALARA » (As Low As Reasonably Achievable). Pendant la phase d’études, il consiste à calculer le « budget de doses engagées » pour chaque solution à un problème posé.
Pour certains travaux, notamment pour les zones proches du sarcophage (longrines de fondation par exemple), le personnel travaillera à l’abri d’écrans en béton ou en plomb.

 

Fichier:ChernobylMIR.jpg

 

Posté par FRANCESURFACE à 17:35 - EUROPE - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :