___________________________France Surface International

Site pour l'Innovation, la Protection et la Transmission du Patrimoine Mondial... De l'art à l'architecture, de la construction à la réhabilitation,de l'environnement à la protection durable...

21 décembre 2013

LA DEFENSE/FRANCE: TOUR D2,THE FRENCH GHERKIN...

 

JEU DE CONSTRUCTION METALLIQUE GEANT A LA DEFENSE...

Avec sa forme ovoïde la tour D2 est probablement l’une des réalisations les plus originales de La Défense. Elle rejoint donc au niveau style le "Gherkin" (le "cornichon"), la tour ovoïde signée Norman Foster, l'architecte qui a tant marqué Londres ces dernières années. Signée par deux architectes Anthony Béchu et Tom Sheehan associés depuis 2007, D2 offre une architecture atypique changeant des formes traditionnelles géométriques.“La tour D2, c'est d'abord une exostructure en acier qui compte 30 % de matière en moins, par rapport à une tour classique.La forme de ce genre de tour permet notamment une gestion naturelle de la ventilation grâce à une double peau. Originalité du projet, un grand nombre de jardins suspendus. 

 

 

téléchargement (21)

 

La silhouette de D2 présente trois parties différentes : une façade élancée sur Paris, un profil tourné sur Courbevoie et un dos courbe axé sur la perspective du boulevard circulaire. Contrairement aux tours Agbar (Barcelone en Espagne) et à la tour du 30 St Mary Axe (Londres, Royaume-Uni), D2 n’a pas une forme cylindrique mais bien une forme ovoïde. La façade de la tour est constituée de croisillons avec des points lumineux à chaque intersection lui donnant vie. Au sommet de la tour D2 prend place un jardin ouvert, rendant une fois de plus cet ouvrage original. Comme les projets issus du Plan de Renouveau de La Défense bordant le boulevard circulaire nord (Carpe Diem, l’Hôtel Mélia, Aire 2,…), D2 est conçue pour effectuer un lien entre le circulaire et la dalle, donc plus généralement entre Courbevoie et La Défense.

L’édifice qui développe 50 000 m² s’élance sur 171 mètres et offre 37 niveaux.

r108_9_ficref_1La tour D2 s'ancre directement au niveau du sol. Sa résille structurelle est assemblée depuis la base chantier, au-dessus du boulevard circulaire, puis hissée, élément par élément, dans les étages.

 

D2 prend la place de l’immeuble Veritas détruit entre juin et septembre 2011 par l’entreprise Prodemo. Sogecap l’investisseur du projet confie la construction à GTM Construction. Le chantier débute par la création des fondations entre octobre 2011 et février 2012. La construction infra s’est achevée fin 2012, puis a commencé la phase de construction des superstructures qui se déroulera de novembre 2012 à fin 2013. L’achèvement de la tour et la livraison sont prévus pour septembre 2014.

 

1377185057env

 

ETAT DES LIEUX: 

Un peu engoncée entre ses congénères, dont l’une d’elles sera bientôt déconstruite, la tour D2 à La Défense (Hauts-de-Seine) poursuit son ascension vers les nuages, tandis que la coiffe sommitale se met en place.

Avec son plan en forme de poire, sa silhouette joliment fuselée et son petit nom tout droit sorti de Star Wars, la tour de bureaux « D2 » affiche un je-ne-sais-quoi de délicieusement vintage voire rétro-futuriste. Elle se présente pourtant comme LA première grande tour (171 mètres pour 37 étages et 50 000 m2) à noyau béton et structure porteuse en acier en France. Plus complexe qu’il n’y paraît, elle développera trois façades différentes selon ses vis-à-vis : une face effilée, une autre allongée et une troisième en courbes douces.

 

IMAGE_20130916_22378965-380x505

Tour D2© Jacques-Franck Degioanni/Le Moniteur 
Les plateaux, libérés de tout pilier, offriront 2,70 m sous plafond.

 

Libres plateaux

Mieux encore, elle sera gainée d’un élégant exo-squelette métallique en résille XXL. Dessinée par l'architecte parisien Anthony Béchu, associé ici à son confrère américain Tom Sheehan, D2 s’est imposée au concours devant des « poids lourds » tels que Manuelle Gautrand, Claude Vasconi, Jacques Ferrier et Architecture Studio. « Nous avons préconisé une structure en acier alors que la plupart des autres candidats proposaient une solution basée sur le béton comme matériau principal » explique Anthony Béchu. Un parti technique confirmé en phase étude, l'acier autorisant une plus grande souplesse dans la conception, un bénéfice environnemental plus élevé, une rapidité de construction meilleure, ainsi qu’un plus faible encombrement des poutres. D’où des plateaux libres de tout pilier, plus facilement habitables et reconfigurables.

 

380x285xIMAGE_20130916_22378969-380x505

 Tour D2© Jacques-Franck Degioanni/Le Moniteur 

 

Jumbo

Aux dires de l’aciériste ArcelorMittal, ce recours massif au métal a seul permis aux architectes de réaliser la tour selon les prix et délais du maître d’ouvrage (Sogecap/Bouygues Immobilier/Sogeprom) en économisant 30% de matériau par rapport à une ossature conventionnelle.  L’exostructure de la tour, est constituée de 3000 tonnes de poutrelles jumbo Histar, conçues et produites par le géant de l’acier qui a également fourni les 1200 t de poutres cellulaires (poutres alvéolaires à ouvertures circulaires) supportant les planchers et facilitant le passage des réseaux.

 

images (50)

La résille extérieure est constituée par un ensemble de "V" en acier de 14t chacun, haut de 6m, assemblés deux à deux par boulonnage.

 

Motifs losangiques

A l’aide de deux grues à flèche relevable et d’une base vie installée en portique au-dessus du boulevard circulaire, les équipes de Vinci Construction France achèvent d'édifier aujourd’hui la tour au rythme de « trois étages en trois semaines », un ratio expliqué par l’empan de chaque losange d’acier (six étages) formé de deux « V » de 14t (pour trois étages, donc), assemblés in situ. Un travail d’orfèvre réalisé au millimètre dans la mesure où la tour affiche plusieurs rayons de courbure et où aucun de ces éléments losangiques n’est vertical. Leur positionnement dans l’espace en coordonnées tridimensionnelles est ainsi effectué via repérage laser par rapport à des points de référence.

 

380x285xIMAGE_20130916_22378967-380x505

Tour D2© Jacques-Franck Degioanni/Le Moniteur 

Une forêt de poutres cellulaires connectées au noyau central en béton supportera les planchers collaborants en bac acier.

 

Cabochons

Une fois en place et dûment boulonnée, cette exo-structure reçoit un flocage de protection contre l’incendie avant d’accueillir un mur-rideau et d’être encapotée par une peau d’aluminium extérieure. Et comme la technique n’interdit pas la beauté, chaque intersection de cette résille géante recevra un cabochon lumineux constitué de Leds abritées par une lentille de Fresnel, « comme celles qui équipent les phares » fait valoir Anthony Béchu, qui voit dans cet attention portée aux détails un véritable travail de « sertissage sur un bijou précieux, une lanterne qui brillera sur la ville ».

 tourd2-10-nggid0512275-ngg0dyn-490x330x100-00f0w010c011r110f110r010t010

 

Posté par FRANCESURFACE à 19:59 - FRANCE - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :