___________________________France Surface International

Site pour l'Innovation, la Protection et la Transmission du Patrimoine Mondial... De l'art à l'architecture, de la construction à la réhabilitation,de l'environnement à la protection durable...

25 décembre 2014

PARIS/FRANCE: FONDATION JÉRÔME SEYDOUX-PATHÉ: "L'arche de Noé" du cinéma

Renzo-Piano-almost-complete-Fondation-Jerome-Seydoux-Pathe-06

images

Le nouveau temple des cinéphiles

Après un an de travaux, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé s’installe dans un ancien cinéma du 13e arrondissement, ouvrant son immense patrimoine aux fanas de septième art.

Pour Renzo Piano, l’architecte italien qui a signé aux Gobelins la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, la capitale française continue d’être l’endroit où l’on peut tout oser.
Si je n’étais pas devenu architecte, j’aurais certainement travaillé dans le cinéma”, confiait Renzo Piano quelques jours avant son soixante-dix-septième anniversaire [le 14 septembre]. Un regret ? “Tout compte fait, c’est aussi bien ainsi”, dit-il en souriant dans l’escalier qui mène au troisième étage du siège de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé, sa nouvelle “créature” parisienne, sur l’avenue des Gobelins dans le XIIIe arrondissement de la capitale : une coquille recouverte de verre et d’acier.

 

FONDATION_JEROME-SEYDOUX_PATHE_030714_051


De l’ancien théâtre, il ne reste que la façade classée, ornée de sculptures de Rodin. A l’intérieur, la surprise est totale. Coquille XXL en métal, Renzo Piano a imaginé un écrin tout en courbe pour la Fondation Pathé. La visite guidée donne accès aux entrailles du bâtiment. L’espace chercheur et les bureaux (habituellement fermés au public) se dévoilent ainsi sous une sublime verrière avec vue sur les toits. Seul regret : la visite, purement architecturale, délaisse un peu le cinéma. Les deux sont pourtant liés. Le banc arrondi de la salle de réunion qui abrite en son sein des dizaines de scénarios, de 1941 à aujourd’hui, en témoigne.

 

pathe-baby-affiche

 

Quoi ? Un lieu qui va faire saliver les cinéphiles, réunissant le fonds, hors films, de la société Pathé, avec au menu des photos de tournages, des scénarios, les archives administratives et pléthore d’autres documents, accessibles sur rendez-vous. Mais l’originalité de l’endroit tient à sa salle de cinéma de soixante-dix places, consacrée à la projection de films muets, accompagnés par un pianiste. Une rareté dans la capitale. « Le catalogue de Pathé renferme dix mille films, dont neuf mille muets ! explique Sophie Seydoux, présidente de la fondation. Nous voulions retransmettre l’émotion des débuts du cinéma. »

Qui ? La fondation est née en 2006 sous l’impulsion de Sophie Seydoux et de son mari, Jérôme, coprésident de Pathé. Son nouveau siège a été conçu par Renzo Piano. Tout en conservant la façade sculptée d’Auguste Rodin, classée aux Monuments historiques, l’architecte a dessiné une étrange structure en acier venue se coller au bâtiment d’origine. Une sorte de grande limace métallique avec un intérieur tout en bois, où se loge l’ensemble de la fondation.

Comment ? L’idée d’ouvrir le fonds Pathé au grand public se concrétise par un centre de documentation et six postes de recherche. Quiconque veut en savoir plus sur l’histoire et l’industrie du cinéma ou ses métiers peut y accéder gratuitement en appelant l’administration au préalable. Une DVDthèque, avec deux postes de visionnage, complète le dispositif. Quelques étages plus bas, une exposition permanente, d’affiches de films ou encore d’appareils et d’accessoires cinématographiques, est visible moyennant un ticket d’entrée.

Pourquoi ? « Pathé est l’une des deux seules sociétés de cinéma au monde encore en activité et ayant débuté avec l’apparition du cinéma, en 1896, ce qui rend son patrimoine si riche », souligne Sophie Seydoux. On aurait tort de s’en priver.

viewmultimediadocument

 

 

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé redonne vie au cinéma muet

 

« Le Drame et la Comédie » : au 73 avenue des Gobelins (13e), la superbe façade, signée Auguste Rodin, marque l’entrée de l’ancien théâtre des Gobelins, bâti en 1869, aujourd’hui disparu. A l’arrière, on aperçoit désormais la coque argentée d’un bâtiment de cinq étages, signé de l’architecte Renzo Piano. C’est là, entre deux immeubles haussmanniens, qu'a ouvert le 10 septembre 2014 la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé: un lieu inédit dédié à la mémoire du cinéma muet et aux archives « de Pathé et Gaumont, les deux plus anciennes sociétés de production au monde encore en activité », explique Sophie Seydoux, la présidente de la Fondation.

Un fonds d'archives unique

Le pari est audacieux : ouvrir un immense fonds d’archives aux spécialistes et au grand public  (10 000 films produits de 1896 à 2014, 4500 affiches, enseignes, maquettes et dessins, 30 000 documents professionnels…), faire découvrir des films muets, un genre très populaire jusqu’au début des années 1920, mais aussi l’Histoire du cinéma à travers une exposition permanente de caméras, des ateliers pour enfants…

La mémoire de Pathé


C’est l’histoire d’un fils de charcutier devenu roi du cinéma. En 1896, Charles Pathé, originaire d’un village de Seine-et-Marne, crée avec son frère Emile la société Pathé Frères, consacrée au phonographe et au cinématographe. Ensemble, ils vont construire un empire : à l’aube du premier conflit mondial, Pathé est la plus grande société de cinéma de la planète. Dans les murs de la Fondation, vous pouvez découvrir –sur rendez-vous – les archives de cette aventure industrielle. « Notre fonds intéresse à la fois les universitaires et les professionnels du cinéma, mais aussi les amateurs, explique Stéphanie Salmon, chercheuse à la Fondation. Il y a de nombreux passionnés que l’on rencontre dans des festivals. Par exemple, certains s’intéressent à des techniques de coloriage, à un type particulier de caméra… ».

 

La pellicule... victime de la Première guerre mondiale

Depuis 12 ans, 1500 films muets ont ainsi été numérisés : un effort de conservation précieux, car de nombreuses pellicules du début du siècle ont totalement disparu, notamment pendant la Première guerre mondiale. Les nitrates contenus dans les films ont ainsi été utilisés pour confectionner de la poudre à canon ! Plus insolite, la Fondation recèle un imposant fonds d’affiches. « Pour chaque film, même pour les plus courts, un dessinateur créait une affiche, précise Sophie Seydoux. Des illustrateurs de renom travaillaient régulièrement pour le cinéma ». Une petite partie de la collection est d’ailleurs visible au rez-de-chaussée, au gré de la programmation des films proposés.

 

 

Films muets accompagnés au piano

Car le muet va retrouver la parole sur l'avenue des Gobelins. Et en musique : toutes les séances, jouées dans la salle de 68 places, seront accompagnées en « live » par un pianiste ! Un hommage aux séances de cinéma proposées dans les salles obscures au début du 20e siècle. «Trois pianistes vont se relayer pour des projections de 5 à 13 minutes », explique Sophie Seydoux.

Les trésors ciné d'un forain

Alors, que voir dès le 10 septembre ? La programmation débute par le fonds Morieux. "Pierre Morieux était un forain qui achetait des fims et avait fait fortune avec son théâtre mécanique, détaille Sophie Seydoux. Toute sa collection avait été conservée depuis 1907 dans un grenier jusqu'à ce qu'elle soit léguée à la Fondation". C'est l'occasion de découvrir les oeuvres des pionniers du cinéma, tels Ferdinand Zecca et Gaston Velle . Ce dernier, prestidigitateur de formation, assurait même la mise en scène et les trucages... Parmi les cycles à venir, des oeuvres réalisées pendant la guerre 14-18, dont "quatre films de propagande restaurés récemment", précise Sophie Seydoux, ainsi qu'un long métrage "parlant", les Croix de bois  (1931) consacré à la même période.

Et pour les enfants ?

La galerie des appareils du 1er étage accueillera des activités pour les écoles. Chaque jeudi matin, des élèves apprendront à manipuler de la pellicule et à projeter des images en utilisant d'authentiques caméras Pathé Baby.

Plus d'infos sur ces activités  

 

Infos pratiques

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé ouvre au public dès le 10 septembre à partir de 13h. Première séance à 14h.

Adresse : 73 avenue des Gobelins (13e). Métro : Gobelins ou Place d'Italie

Tél. : 01 83 79 18 96

Tout savoir sur la Fondation (tarifs, programmation, infos pratiques...) ici 

Posté par FRANCESURFACE à 17:47 - FONDATION - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,